Miranda, 13th!

AC_20181125RDR_2471

Last night Miranda Merron crossed the finish line of the 2018 Route du Rhum Destination Guadeloupe! Having spent 21 days, 8 hours, 10 minutes and 32 seconds at sea Miranda crossed  the line in 13th place, a remarkable result considering the highly accomplished fleet of 53 competitors also racing.

While the theoretical course is set at 3452 nautical miles Miranda sailed 4536nm at an average speed of 8.86 knots finishing five days and four hours behind race winner Yoann Richomme.

Miranda said « It was an extremely difficult edition and much less fun than in 2016, where I finished in 6th! The departure was brutal and the first depression was horrible for the boat. I had up to 55 knots (of wind). In these conditions we sail with three reefs in the main and the storm jib. We wear a helmet and we even have to brace ourselves inside the boat as the sea state can be devastating. The boat repeatedly jumped up and slammed down wave after wave. The wind was irregular and early on a damage to my main sail prevented me from hoisting above the third reef. I was able to repair the damage and she held out for me in the end! The result is better than one would have imagine considering my start. The final 30 miles are impossibly difficult but I was very pleased to pass Arthur Hubert in the final hours of this race. I’m not totally satisfied with my race, and perhaps a little disappointed in the final result. That said the arrival was beautiful, with lots of people on the water and on the pontoons welcoming me and Campagne de France to Guadeloupe. I’m exhausted, I pushed myself to the end of my strengths »

 

 

AC_20181125RDR_2460Miranda Merron a pris hier soir dimanche 25 novembre « la 13ème place de la Class40, sur 53 voiliers au départ. Il lui aura fallu 21 jours, 08 heures, 10 minutes et 32 secondes, pour couvrir les 3452 milles théoriques ce la course, à 6,92 noeuds de moyenne
Elle a en réalité parcouru 4 536 milles à 8,86 noeuds, et termine 5 jours et 4 heure après le vainqueur Yoann Richomme. Récit d’une course terriblement difficile, qui s’est terminée hier soir en apothéose pour Miranda, fêtée par une foule considérable.
Ce fut un édition 2018 extrêmement difficile, beaucoup moins plaisante qu’en 2014, où j’avais terminé 6ème. Les conditions de course ont toujours été compliquées. La tempête du départ, avec cette première dépression a été horrible pour le bateau. J’ai eu jusqu’à 55 noeuds de vent. Dans ces conditions, on navigue avec trois ris dans la grand voile et le tourmentin. On porte le casque et on est même obligé de s’attacher à l’intérieur du bateau tellement la mer était épouvantable. Le bateau tombait et sautait dans les creux. Puis, on a cherché l’alizé mais on n’a jamais trouvé de conditions idylliques de navigation. Le vent était toujours irrégulier, et il fallait en permanence chercher la bonne voile du temps, entre grand spi et spi de capelage. A cause des déchirures dans la grand voile, j’ai longtemps hésité à renvoyer toute la toile. Mais elle a tenu et j’ai repris confiance sur la fin. J’ai beaucoup mieux terminé que je n‘avais commencé. Le final autour de la Guadeloupe est véritablement infernal. Mais je suis contente car j’ai réussi à doubler Arthur Hubert. Je ne suis pas satisfaite de cette course, et un peu déçue du résultat final. Mais l’arrivée a été magnifique, avec énormément de monde sur l’eau et aux pontons de Pointe à Pitre. Je suis épuisée, et je suis allée au bout de mes forces… »

 

 

Miranda Finishes in 13th Position

46716381_2217044668363827_8093713144569921536_n

After 21 Days, 8 Hours, 10 Minutes and 32 Seconds Miranda and Campagne de France crossed the finish line of the 2018 Route du Rhum Destination Guadeloupe in 13th place. Much more information will become available soonest.

 

The limitations of green energy

seaThe limitations of green energy: too much sargasso weed for the hydrogenerator. It  is picking up weed every few minutes and it doesn’t like it at all. It’s still dark, so the solar panels aren’t charging. So diesel it is. It was already pretty warm inside the boat before switching the engine on to charge. As we have to run a satellite phone 24 hours a day, plus the Sat C ( being used by the race organisation to locate Campagne de  France, since the race tracker failed in the first week),  it’s not possible to get through the night without charging the batteries.
The Sat C has other uses, as a distress system and to receive text weather forecasts and navigational warnings. These include piracy attacks, and make for interesting/ alarrming reading. Ships are being advised to stay 200 miles offshore, or more if possible, of certain west African countries.

At nightfall, there were phenomenal clouds full of rain and no wind. Campagne de France just scraped behind one monster, only to be nailed by the next one – no escape as it was taking up the whole horizon. One or two of these must have got Arthur (boat ahead) too. The wind has reappeared and it has been relatively quiet since then.

Les limitations de l’energie renouvelable: trop de sargasses pour l’hydro qui n’aime pas ça du tout. Il fait nuit donc les panneaux solaires ne chargent pas. Donc c’est du bon gasoil. Il faisait dejà assez chaud dans le bateau avant de mettre le moteur pour charger les batteries. En course il faut garder le téléphone satellite en marche 24 h par jour, plus le Standard C (qui serre accesoirement pour avoir la position de Campagne de France depuis que la balise yellowbrick a rendu l’ame la première semaine), donc assez gourmand en energie et les batteries ne tiennent pas la nuit entière.
Le Standard C est utile pour d’autres raisons – système de détresse, bulletins météo et divers avis pour les marins, dont ceux que je lis avec effroi sont les attaques de pirate. Notamment (mais pas que) certains pays ouest africains.

A la tombée de la nuit, il y avait des nuages énormes plein de pluie et pas de vent, le permier évité de justesse, mais pas le deuixème. Nul part ou s’évader,  car c’était tout le long de l’horizon. Depuis le vent est revenu et c’est plutot paisible pour le moment.

Journée frustrante

Début de nuit et enfin il y a du vent. Nuit magnifique (pour l’instant) de pleine lune , quelques mini cumulobetes en croissance. Le paysage nocturne peut changer très vite. Un pu dngereux sur le pont à cause des nombreux poissons volant, dont quelques uns réussisent à traverser par dessus le bateau sans rien toucher.
La fin de la course risque de prendre du temps. Il reste 500 milles à Tete à l’anglais au nord de la Guadeloupe, et ou commence la course pénible dans la course pour retrouver la bouée bouteille rhum bien placé sous le devent d’un enorme volcan.
Mais ça c’est pour un autre jour.
 
Frustrating day, often light wind from nowhere useful, in stifling heat. It’s early evening, full moon, a few cumulobeasties growing in the moonlight. Beautiful for now. A little dangerous on deck due to flying fish, some of which make it straight over the boat.
The end of the race could be slow.500 miles to Tete a l’anglais, a rock off the north of Guadeloupe which has to be left to port, before the usually painful race within a race to get to the rum bottle buoy off Basse Terre, conveniently located in the lee of a sizeable volcano…
But we’re not there yet.
 
Miranda/ Campagne de France

The Gybing Game

Naturally it is impossible to reach one’s destination in a straight line. The wind is due to shift east then eventually southeast, and sometimes it shows promising signs of doing so. Therefore it’s time to gybe, which involves moving at least half of all moveable items to the new side, socking the spinnaker (too windy to risk a catasrtophe by skipping this step), gybing the boat, unsocking the spi and moving the rest of the stack to the  new side. Then wait 10 minutes to be sure to see wind values not yet seen. Repeat.

No need for a heaadtorch or deck light as it is almost full moon. Thank you also to Jerry and Sue for the wonderful Toblerone – it can only be eaten at night! Midnight feast

Le jeu de l’empannage: puisque c’est impossible de ralier sa denitation en ligne droite, et que le vent commence à moments de prendre de la droite, il faut empanner. C’est à dire, mettre la moitié de tout l’equipement matossable au nouveau cote, chausetter le spi (trop risqué sinon), empanner le bateau, remonter la chausette de spi, finir le matossage. Attendre 10 minutes pour etre sur de vooir des valeurs de vent de vent pas vu jusque là. Tout recommencer.
quasiment pleine lune pour eclairer tout çà.

Miranda/ Calmpagne de France

850 Miles…

 

With less than 850 miles until the finish and taking advantage of the strong wind providing a straight line to Guadeloupe Miranda could reach Pointe à Pitre this Saturday night. « All is well, there were large gains this morning, and I had thirty knots. It’s nice and I’m enjoying my last days at sea. The finish is going to come fast. » Miranda maintains her 14th position and the first female skipper across all classes knows that opportunities will continue to present themselves.

Miranda pourrait rallier Pointe à Pître samedi soir prochain. A moins de 850 milles de l’arrivée, elle met du charbon et profite du vent fort pour foncer en ligne directe vers la Guadeloupe : « Tout va bien, il y a eu de gros grains ce matin, et j’ai eu une trentaine de noeuds de vent, et c’est redescendu. Il fait beau et je profite de mes derniers jours en mer. L’arrivée va venir vite. La dernière partie de la course après la Tête à l’Anglais est un nouvelle course en soi. » Toujours 14 ème au classement, première femme de la course toutes catégories confondues, elle pourrait être en mesure de batailler dans les tout derniers milles, dans les vents fluctuant des dévents de l’île, pour le gain d’une ou deux places…

Congratulations Yoann

Congratulations to Yoann on his outstanding race!

It’s cloud feeding time here, so the wind has gone rather light. This is probably punishment for having had too much fun squall-riding yesterday afternoon (riding the downdraft of a cumulobeastie which has finished gorging itself and is expelling rain and wind. If well-positioned by luck, one can go for miles)

Félicitations à Yoann pour sa superbe course!.

C’est l’heure du gouter, ou plutot petit déjeuner des nuages, donc le vent est devenu assez mou. Ceci est sans doute la punition pour m’etre bien amusé hier après-midi le long de cumulobetes qui avaient fini de se gaver et étaient devenus des grains. Si on est bien placé par le hasard, on peut les longer pendant des milles.

Miranda/ Campagne de France

Monster Clouds

Morning 20th NovFor the past few hours, Campagne de France has been in the clutches of a vast cloud (tens of miles of cloud). It even rained but not enough to wash the fish scales off the deck. The whole system now seems to be to the south. Sunshine again and it is getting very hot.

Campagne de France vient d’etre libéré d’un vaste nuage (plusieurs dizaines de kilomètres de nuage). Il y a meme eu un peu de pluie, mai pas assez pour enlever les écailles de poisson volant sur le pont. Il  y a du soleil à nouveau et il ommence à faire très chaud

Miranda/ Campagne de France

Dimanche soir

MoonlightBack in the trade winds after last night’s cold front. It wasn’t until late afternoon that the sky became trade wind type sky again, with the front visible to the south all day. There are occasional holes inthe wind.
There are a lot of flying fish getting their flight plan wrong tonight.
After days of seeing nobody, there is a ship just a few miles away.

Dans les alizés à nouveau après le passage du front froid il y a 24 h. Ce n’est qu’en fin d’après-midi que le ciel a commencé à ressembler à un ciel d’alizés, avec le front visible au sud toute la journée. Il y a quelques trous dans le vent.
Beaucoup de poissons volant qui maljugent leur plan de vol.
Après plusieurs jours sans voir d’autre bateu, voilà qu’il y a un cargo tout près.

Miranda/ Campagne de France

PS photo,- chaque nuit il y a de plus en plus de lune, ce qui est génial.

The no wind saga…

I hope that the front we are just going through, with a huge wind shift from west to north east, is the end of the no wind saga (it’s the front which is responsible for there being no trade winds in my part of the world for the last couple of days). The boat is getting a good fresh water rinse in the torrential rain. I will wait until I can see stars before hoisting a downwind sail, just to be sure we really are the other side.

J’espère que le front qu’on vient de passer, avec enorme bascule de ouest à nord est. la fin de jours sans vent. C’est d’ailleurs ce front froid qui est responsable pour la panne d’alizés ou j’étais. Il pleut des cordes, très bien que le bateau prenne une douche. Je vais quand meme attendre de voir des étoiles avant d’envoyer le spi pour etre sur qu’on est vraiment du bon coté.

Miranda/ Campagne de France